Nikon Imaging | Belgique | Europe

Photographie d’insectes et autres petits animaux

On recense plus d’un million d’espèces d’insectes connues sur notre planète, et une bonne partie de ces tout petits animaux se trouve juste devant nos yeux. Les insectes sont une sous-catégorie des arthropodes. Pour être considéré comme un insecte, un arthropode doit avoir un corps segmenté, six pattes, deux antennes, des yeux composés et, dans certains cas, des ailes. D’autres petits animaux, tels que les araignées et les scorpions, sont également des arthropodes mais n’appartiennent pas à la catégorie des insectes. Prendre en photo des insectes et autres petits animaux peut être captivant. Vous n’avez pas à vous aventurer plus loin que votre jardin pour découvrir tout un monde nouveau à travers la macrophotographie et le gros plan.

Quelques conseils rapides pour la macrophotographie :

La première règle de base à respecter pour les photos en gros plan est de s’approcher du sujet. La photographie d’insectes nécessite un objectif macro qui vous permettra d'effectuer la mise au point au plus près du sujet. Les objectifs macro (gamme Micro-NIKKOR chez Nikon) permettent de photographier des sujets « grandeur nature ».

Vous devrez également utiliser un trépied pour stabiliser l’appareil photo, surtout si vous utilisez un téléobjectif ou une vitesse d’obturation lente. Pour une prise de vue sur trépied, l’idéal est d’utiliser un déclencheur souple. Certains photographes vont même jusqu’à verrouiller le miroir sur leur reflex numérique avant de déclencher la prise de vue. Ils limitent ainsi davantage le risque de mouvement. Si vous n’avez pas de déclencheur souple, vous pouvez utiliser le retardateur de l’appareil photo.

Selon votre distance par rapport à l’insecte, vous pourrez remplir le cadre avec la totalité de son corps ou une partie seulement, comme sa tête et ses antennes. Attention à ne pas vous faire piquer !

Le corps des insectes est fascinant. L’ambition de la photo naturaliste en gros plan est, entre autres, de mettre en valeur toute la richesse de couleurs et de détails de la vie de ces petits animaux. Une photo macro réussie met l’accent sur les yeux, les pattes et le corps de ces petites bêtes, et sur leur monde miniature. Par exemple, la photo d’une araignée dans sa toile sera plus intéressante d’un point de vue narratif.

La couleur d’arrière-plan joue un rôle important dans la composition. Si le sujet est plutôt sombre, comme c’est le cas de nombreux insectes, un arrière-plan clair et flou le fera ressortir de son environnement et le mettra au centre de l’attention du spectateur.

Pour faire ressortir un insecte de l’arrière-plan, utilisez une faible profondeur de champ. La profondeur de champ correspond à la zone située devant et derrière le sujet principal sur lequel est effectuée la mise au point. Elle est déterminée par l’ouverture du diaphragme. Une valeur d’ouverture peu élevée, telle que f/2.8, vous permettra d’obtenir une faible profondeur de champ qui mettra l’accent sur le sujet tout en floutant l’arrière-plan.

Une autre technique utilisée par les photographes naturalistes consiste à positionner l’appareil photo de sorte à obtenir un sujet bien éclairé sur fond sombre. Une prise de vue sur un sujet bien éclairé, en plein jour par exemple ou en mode dosage flash/ambiance, entraînera une sous-exposition de l’arrière-plan sombre, qui apparaîtra alors presque noir. Cet effet crée un arrière-plan sombre et uniforme qui permet de faire ressortir le sujet.

Toutefois, si le sujet et l’arrière-plan sont tous deux bien éclairés, il peut s’avérer difficile de distinguer l’insecte du décor. Placé derrière le sujet, un objet basique tel qu’un bout de tissu ou une feuille de papier peut servir de toile de fond de studio mobile. Cette méthode vous permettra de créer un arrière-plan uni qui fera ressortir l’insecte.

Les insectes sont plus actifs par temps chaud : photographiez-les tôt le matin ou le soir, lorsque la température baisse et qu’ils sont moins alertes. La lumière naturelle sera également plus flatteuse à ces moments de la journée.

© Kristina Kurtzke

D3S, AF-S VR Micro-Nikkor 105mm f/2.8G IF-ED, 1/1000 s, f/5,6, 200 ISO, Manuel, Mesure matricielle.

© Kristina Kurtzke

D3S, AF-S VR Micro-Nikkor 105mm f/2.8G IF-ED, 1/1000 s, f/5,6, 200 ISO, Manuel, Mesure matricielle. Cette photo d’abeille en train de butiner est la même que celle de gauche, après recadrage. S’il est fort agréable de composer entièrement l’image lors de la prise de vue, n’oubliez pas que vous pouvez toujours la recadrer ou la retoucher ultérieurement sur ordinateur.

Dans les gros plans comme dans la photographie en général, la simplicité peut donner des résultats extraordinaires et d’une rare beauté. Votre patience et votre persévérance finiront par payer. La profondeur de champ et l’isolement du sujet sont les deux points à retenir pour réaliser des photos macro exceptionnelles.