KRABMEDIA - LES PRODUCTIONS VIDÉO PROFESSIONNELLES AVEC LE NIKON Z 9

KrabMedia est un phénomène dans le monde de la production vidéo. Le bureau, originaire d’Amsterdam, n’utilise que des appareils Nikon. « La Nikon Z 9 est un outil qui nous permet de passer au niveau supérieur », explique le caméraman Jericho Schuyt.

KrabMedia est un bureau média créatif qui réalise des productions photo et vidéo pour entreprises. Il assure également la distribution de ce contenu sur ces canaux en ligne. « Nous nous occupons de toute la production, de la première idée à l’exécution et à la diffusion du contenu », explique Sebastiaan Tietze, fondateur et Creative Director. 

KrabMedia a une clientèle très variée, explique Sebastiaan. « Nous venons de terminer sept jours de tournage pour les concours de l’enseignement professionnel moyen de World Skills. Nous créons également des vidéos d'instruction pour Blokker : en scannant le code QR figurant sur l’emballage, vous arrivez sur une vidéo sur le produit. Nous travaillons également pour amsterdam&partners, Heinen Delfts Blauw, Landmarkt supermarkt, la Vrije Universiteit,... La clientèle est très variée. »

Travail varié

En plus de campagnes complètes, KrabMedia réalise également des vidéos d’entreprise, des vidéos de produit, des vidéos d’instruction, des vidéos promotionnelles, des vidéos timelapse, de la photographie et des animations ou infographies - tout ce qui touche de près ou de loin à la communication visuelle. Une variété que le caméraman et photographe Jericho Schuyt trouve vraiment passionnante. 

« Nous venons de terminer une série sur la manière dont postuler à la Vrije Universiteit. Nous avons réalisé des enregistrements en studio, avec des animations. Ce genre nécessite une importante préparation, tout comme les vidéos de production pour Blokker. D’un point de vue technique, c’est fabuleux à faire, car une telle production s’imagine entièrement à l’avance. Il ne reste alors qu’à la réaliser pas à pas dans le studio, pour ensuite terminer avec le montage. »

La demande en productions vidéo a explosé ces dernières années, et Sebastiaan s’attend à ce que cette tendance se maintienne. « On remarque que les budgets publicitaires connaissent un glissement de la télévision vers le en ligne. Les possibilités en ligne sont de plus en plus importantes. Mais tout doit également aller plus vite : en ligne, il est impensable d'utiliser une même publicité pendant six mois. Il faut constamment se renouveler. Les influenceurs publient par exemple trois vidéos par semaine environ, et leurs followers s'attendent également à ce que les campagnes changent constamment. Nous nous trouvons dans la bonne niche. Nous sommes en mesure de travailler rapidement et de créer du contenu de qualité à bon prix. »

Exclusivement avec Nikon

Sebastiaan a créé Krabmedia en 2013 en compagnie d'un partenaire commercial qui a depuis lors quitté l’entreprise. Il était originaire de la maison de production De Telegraaf, qui utilisait des caméras d’actualité Panasonic. C’est pourquoi, aux débuts de Krabmedia, le choix s’est porté sur la Panasonic GH4. « Nous l’avons utilisée longtemps. Mais à un moment donné, nous avons eu une mission pour Nikon, et il était évidemment difficile de la réaliser avec une caméra d'une autre marque. Nous avons alors utilisé la Nikon D850 pour filmer, et avons été directement séduits par les couleurs. Nous avons ensuite continué d’utiliser la D850, et ensuite la Z 6 et maintenant la nouvelle Z 9. »

« En tant que maison de production, nous essayons toujours de nous démarquer de la concurrence », explique Jericho. « D’autres entreprises utilisent des caméras d’autres marques. Nous faisons la différence car nous n’utilisons que Nikon. Chacun trouve que le résultat est exceptionnel, même s'ils n’en connaissent pas la raison. »

Sur le terrain, Sebastiaan et Jericho se complètent parfaitement. « Bas explique comment il voit le tournage, et je suis celui qui m'installe à côté de lui pour en assurer l’exécution technique », explique Jericho. « Vous pouvez écrire que Jericho est le meilleur caméraman Nikon des Pays-Bas », explique Sebastiaan. « Il sait exactement ce qui est possible et comment utiliser certains paramètres ».

Une vraie machine

Quand les premières informations concernant la caméra Nikon Z 9 ont été publiées, Sebastiaan et Jericho ont été immédiatement intéressés. « La Z 6 est une bonne caméra, mais elle présente quelques limitations. La Z 6 ne peut par exemple filmer en interne qu’en 8 bits », explique Jericho. « La Z 9 permet de le faire à 10 bits, et après la mise à niveau de Nikon, il sera même question de 12 bits. Ou si nous voulions filmer une partie en slow motion avec la Z 6, nous étions limités au Full HD. Le client ne voit souvent pas la différence avec le 4K, mais nous avions le sentiment que nous reculions d'un niveau. Avec la Z 9, nous pouvons filmer en 4K 120p, sans crop.

Les premières expériences avec la Z 9 étaient très prometteuses. « L’appareil a un corps imposant. C’est une vraie machine, on a vraiment l’impression d’avoir une caméra en main. En tout cas, elle aide à se faire des muscles », rit Jericho. « Le capteur a également fait des progrès », ajoute Sebastiaan. « Je le constate lors de l'édition. L'image est un peu plus nette qu’avec la Z 6. » 

La Z 9 filme en interne en 8K à 30p, et après la mise à jour, il sera même question de 8K 60p. « Pour nombre de productions, c’est exagéré, mais cet appareil dépasse largement ses concurrents », explique Jericho. « Il y a d’autres caméras qui filment en 8K, mais la Z 9 ne surchauffe pas après 30 minutes. »

Pas d’enregistreur nécessaire

Pour Jericho, un autre avantage est que la Z 9 est capable de filmer avec les plus élevées des qualités et résolutions sur une carte mémoire CFExpress rapide. « Avec la Z 6, vous devez utiliser un enregistreur externe pour filmer en 10 bits. Et pendant le tournage, cela peut être limitatif. Maintenant que tout est contenu dans la caméra, inutile de devoir emporter l’enregistreur pour une mission rapide. »

C’est pour la même raison que Jericho apprécie l’avantage de l’écran rabattable. « Soyons honnête : généralement, nous n’utilisons l’écran de la caméra que pour les menus et les paramètres. Pour la vidéo, un écran supplémentaire est généralement raccordé à la caméra, car un grand écran permet de voir son cadre avec précision. Mais il est pratique d’avoir un écran qui se déploie à la verticale - pour les réseaux sociaux,  nous filmons parfois au format vertical, et cela peut également être plus simple ».

Accent sur les yeux

En plus d'un nouveau capteur, la Z 9 est également équipée d'un nouveau processeur. Il s’occupe notamment de l’autofocus, qui selon Jericho a été fortement amélioré. Car contrairement à ce que d’aucuns pensent, les vidéastes n’utilisent depuis longtemps plus à chaque fois le focus manuel. « Si vous utilisez une caméra sur un trépied pendant une interview, inutile de devoir constamment bouger le bouton de focus pour suivre les mouvements de la personne », explique Jericho. « Maintenant que l’on peut confier l’AF Tracking à la Z 9, l’appareil se concentre sur le regard. Ce qui nous facilite grandement la tâche. »

« Quand nous réalisons une série, cela arrive très souvent », explique Sebastiaan. « Pour une scène à l’hôpital, nous plaçons par exemple la Z 9 sur un stabilisateur autonome et nous rendons vers les soins intensifs. Une personne ne doit alors pas constamment courir à côté de la caméra pour régler le focus. Ce n’est également pas pratique pour le contenu que nous créons, dont les budgets sont différents de ceux consacrés à une publicité diffusée à la télévision. Vous voulez en fait simplement pouvoir suivre le sujet et vous concentrer pleinement sur la réalisation. » Jericho ajoute : « Je ne vais pas me faire que des amis en disant cela, mais avec la Z 9, plus besoin d’avoir un focus puller. La caméra se charge de tout. »

Nettement plus flexible

L’objectif que Jericho utilise le plus est le NIKKOR Z 24-70mm f/2.8 S. « C’est vraiment un objectif versatile. Il est idéal pour la vidéo. Nous utilisons également les téléobjectifs NIKKOR Z 24-70mm f/4 S et NIKKOR Z 14-30mm f/4 S, et pour les séances avec des produits le NIKKOR Z MC 105mm f/2.8 VR S. Nous utilisons également l’adaptateur FTZ pour le 70-200mm f/2.8 avec monture F. Nous avons également déjà commandé un NIKKOR Z 70-200mm f/2.8 VR S, et dès que nous l’aurons nous n'utiliserons plus que des objectifs Z natifs. L’autofocus est encore un peu amélioré par rapport aux objectifs F. »

Krabmedia assure la post-production avec les apps Creative d’Adobe : Adobe Premiere et After Effects pour la vidéo, et Photoshop pour le reste. Jericho remarque lors de la post-production une différence entre la Z 9 et la Z 6. « On a nettement plus de flexibilité dans les parties hausses et basses. Si lors de l’enregistrement, vous avez une faible saturation, il est simple de la rétablir. C’est la couleur 4:2:2 10-bits qui permet de le faire. Et lorsque le 12-bits RAW sera là, ce sera un rêve pour le color grading. »

Marché en pleine expansion

Sebastiaan s’attend à ce que le marché de la vidéo en ligne augmente encore fortement dans les années à venir. « Tout se passe actuellement en ligne, et le visuel y est crucial. De nombreux créateurs de contenu sont donc nécessaires pour raconter ces histoires. » Sebastiaan recommande à ceux qui rêvent de faire carrière dans le secteur de suivre une formation. « Si vous abordez correctement les choses, vous pouvez y faire une belle carrière. Selon Jericho, il y a également des vidéastes qui sont devenus de bons caméramans en testant et s’exerçant, mais il a lui-même tiré énormément profit de la formation. « Elle m’a énormément aidé au niveau technique, car je ne savais pas où trouver ces informations.

Propriétaire de Krabmedia, Sebastiaan souhaite que son entreprise évolue, avec des plus grands projets et davantage de clients étrangers. Il est donc en train de travailler sur une refonte de la marque sous le nom Krab.nl, laissant tomber le mot média. « Ce nom est beaucoup plus simple et va nous aider dans notre croissance. » 

Et Jericho, qui rêve d’avoir un peu plus de temps pour une approche plus cinématique. « Nos productions sont très axées sur le ‘run and gun’, donc les productions rapides. Parfois, j’aimerais passer plus de temps sur un plateau et tout perfectionner. Et je pense que la Z 9 sera un moyen pour nous de passer au niveau supérieur. »