La photographe de mode Oona Smet à l'œuvre avec le nouveau Nikon Z 7II

Enfant, la photographe de mode Oona Smet avait déjà une imagination florissante et passait des heures à dessiner, comme son père. L’achat du premier appareil photo numérique compact familial a éveillé son intérêt pour la photographie. Oona Smet s’est immédiatement tournée vers la photo de mode.

« Je me prenais énormément en photo. Je me maquillais et me déguisais avant chaque séance, cela me détendait. J’ai ensuite invité des amies à poser pour moi, elles ont été mes premiers modèles. » 

À l’époque, le travail d’Oona était déjà très conceptuel. « Je cherchais des tenues bien précises ou je faisais poser mes modèles face à des arrière-plans particuliers. Je postais ensuite mes photos sur DeviantArt, une plateforme en ligne pour esprits créatifs où elles ont rencontré un grand succès. Plusieurs années après, j’ai vu une photo de moi sur le t-shirt d’une chaîne de magasins. L’idée m’est alors venue pour la première fois de faire de la photographie professionnelle. » Oona a été encouragée par sa mère qui croyait en son talent, et par un oncle qui lui a énormément appris sur le plan technique. « C’est ainsi que j’ai commencé à utiliser Nikon, grâce à mon oncle qui avait beaucoup de matériel de la marque. »

PLACE À L’IMPROVISATION

Oona aime la photographie de mode en raison de sa multitude de facettes. « Toutes les séances sont différentes. J’aime la variation. La photographie de mode impose toujours un cadre de travail, mais je tente à chaque fois de laisser de la place à l’improvisation, et j’y parviens. 

Cette méthode permet de créer de jolis moments inattendus lors de la séance. Je m’entoure d’une équipe de visagistes, stylistes et modèles et j’aime lorsque ça « clique » entre nous. Tous ensemble, nous créons une image. »

Oona est également photographe de mariages. « J’apprécie énormément cette activité car je capture des émotions sincères. Rien n’est préparé à l’avance, il suffit d’observer l’instant présent et de l’immortaliser. C’est justement ce contraste par rapport à la photographie de mode qui m’attire. Mais je retrouve également des similitudes. Que ce soit en photographie de mode ou de mariages, tout est une question de timing. Je demande souvent à mes modèles de danser ou de sauter au lieu de les faire poser, cela les pousse hors de leur zone de confort. On voit un moment exceptionnel se dérouler dans le viseur, on déclenche et on fixe ainsi en une seconde une magnifique tranche de vie qui ne se reproduira plus jamais. Voilà pourquoi j’aime tant la photo. »

CHANGER RAPIDEMENT D’OBJECTIF

Oona impose surtout à son appareil de ne pas la freiner dans sa créativité. « Je veux pouvoir capturer ce que je vois. L’appareil ou l’objectif ne doit pas limiter l’aspect créatif. Lorsque je vois une belle lumière naturelle, je veux être capable de la photographier. Je n’y parvenais pas toujours avec mon premier appareil car il n’était pas assez sensible à la lumière. Je recherche aussi un appareil photo compact et rapide. Lorsque je prends des photos, je vis dans le moment et je me déplace constamment pour varier les perspectives. J’ai donc besoin d’un appareil petit et léger. »

Pour ses séances studio, Oona utilise le Nikon D850 pour sa portée dynamique hors du commun. Lorsqu’elle part en reportage, elle emporte généralement ses D5 et D6 pour leur grande vitesse en mode rafale. Le poids plus élevé de ces appareils lui plaît aussi énormément. En ce qui concerne les objectifs, Oona recherche de la qualité mais aussi de la flexibilité. « Mon objectif préféré est l’AF-S VR 24-70mm f/2.8E avec lequel je réalise 80% de mes prises de vue. Un téléobjectif me permet de changer très rapidement de perspective sans changer d’objectif. S’il faut interrompre une séance pour changer d’objectif, ce petit instant parfait peut s’évaporer ou le modèle risque de se déconcentrer. » Comme second objectif Oona emploie généralement l’AF-S 85mm f/1.4, surtout pour les portraits.

CONTRÔLER DIRECTEMENT LES EFFETS

Oona a récemment eu l’occasion de tester le nouvel appareil plein format Nikon Z 7II. La photographe était d’abord quelque peu sceptique. « Je n’aime pas chambouler mes habitudes, je travaille depuis douze ans avec un réflex. Mais je dois avouer que le Z 7II m’a vraiment bluffée. 

Comme c’est un appareil compact, je ressens une très grande liberté lors de mes séances. J’apprécie son poids très léger car il me permet de me déplacer facilement. Je peux appuyer sur chaque bouton avec mon pouce, ce qui est moins évident avec le D5, tant il est volumineux.

L’impression dans le viseur est différente d’un réflex, comme lorsque l’on met des lunettes et que soudain tout devient plus net. Il m’a d’ailleurs fallu un peu de temps pour m’y habituer. Le fait de voir directement les effets de mes réglages dans le viseur est une fonctionnalité fantastique. Si je veux par exemple photographier des silhouettes, je peux voir directement si j’obtiens l’effet escompté. Le gain de temps est considérable. Je suis souvent soumise à des délais très serrés et afficher le résultat après la prise de vue me permet de travailler beaucoup plus vite. L’effet apparaît en temps réel dans le viseur, même lorsque je règle l’ouverture à l’aide de la bague arrière des objectifs Z. Pouvoir continuer à utiliser les objectifs Nikkor Z grâce à la bague d’adaptation FTZ est également très pratique.

ME CONCENTRER DAVANTAGE SUR LE MOMENT

« Je n’ai pas l’impression que le Z 7 II est moins rapide que mon D850. Il est plus lent que le D6, certes, mais cet appareil est destiné à la photographie sportive. Mais pour mon type de photos, le Z 7II est suffisamment rapide. À un moment donné pendant la séance, j’ai demandé à mon modèle de tourner sur elle-même et je l’ai photographiée en réglant l’appareil sur le nombre maximum de photos par seconde. Il a parfaitement géré, je n’ai pas eu l’impression de rater certains mouvements. »

J’étais aussi très intéressée de découvrir le mode de détection des yeux, que j’ai trouvé très pratique. Je ne dois pas me demander si l'œil sera net lorsque je me déplace ou si le modèle est en mouvement. Cela me permet de me concentrer davantage sur le moment et de mieux diriger mon modèle. C’est un gros avantage par rapport à un réflex. »

Oona a été agréablement surprise par la qualité d’image du Z 7II. « Je n’ai pas remarqué de différence avec le D850 en zoomant sur les images. J’ai utilisé le Z 7II en reportage et je me suis demandée à la tombée de la nuit si je ne risquais pas de perdre des détails à cause de la luminosité plus faible. Mais je n’aurais pas dû m’en faire, le résultat était à la hauteur.  Les détails étaient toujours bien présents, même après avoir éclairci l’image. »

PHOTOGRAPHIER L’ESPRIT TRANQUILLE

Pour Oona, la présence de deux logements pour carte mémoire sur le Z 7II est extrêmement pratique. « Je ne peux pas me permettre de perdre toutes mes photos durant une séance, cela m’est déjà arrivé une fois. Ce problème ne risque plus de se produire avec une deuxième carte mémoire dans l’appareil. Je me demandais aussi si j’allais devoir recharger constamment mes batteries, ce qui était impossible à cet endroit. Je préfère ne pas employer de grip car il alourdit l’appareil et le rend moins compact. Mais à nouveau, inutile de m’en faire car j’ignore le nombre de photos que j’ai pu faire avant de devoir recharger la batterie du Z 7II. »

OONA À PROPOS DU NOUVEAU NIKON Z 7II

• « Son format compact me permet de travailler en toute liberté. »
• « Sa prise en main est également excellente. Les boutons se trouvent au même endroit que sur les autres appareils Nikon et sont à « portée de doigt ». Je m’y suis donc habituée rapidement. »
• « Le fait de pouvoir découvrir directement les effets de mes réglages dans le viseur est une fonction fantastique. »
• « Avoir la possibilité de continuer à utiliser les objectifs Nikkor F grâce à la bague d’adaptation FTZ est également très pratique. »
• « Je n’ai pas été déçue lorsque j’ai photographié avec le nombre maximum d’images par seconde, je n’ai vraiment pas eu l’impression de rater certains mouvements. »
• « Le système de détection des yeux est très pratique. Je ne dois pas me demander si l'œil sera net lorsque je me déplace ou si le modèle est en mouvement. »
• « J’ai été agréablement surprise par la qualité d’image du Z 7II, il a donné un excellent résultat malgré la faible luminosité à la tombée de la nuit. »
• « Grâce à un deuxième logement pour carte mémoire, je n’ai plus peur de perdre des photos. L’autonomie de la batterie est elle aussi largement suffisante. »