19-11-2015

NIKON EMBELLIT LE QUOTIDIEN EN TRANSFORMANT DES PARKINGS EN PAYSAGES ÉPOUSTOUFLANTS

Amsterdam, Pays-Bas, le 19 novembre 2015 – Nikon aide les photographes à vaincre la frustration du « vemödalen » (c'est-à-dire essayer de prendre d'incroyables photos alors que des milliers d'images identiques existent déjà) en « embellissant le quotidien » et en transformant la photographie de sujets habituellement sans intérêt.

Afin d'inspirer les photographes à reconnaître le potentiel créatif des sujets les plus quelconques, Nikon a réuni quatre photographes professionnels du monde entier pour transformer des parkings classiques en paysages sensationnels à l'aide du Nikon D750. Ces spécialistes démontrent qu'avec la mentalité, les compétences et le matériel adéquats, les photographes peuvent créer des images d'un esthétisme frappant dans les environnements à première vue les plus insipides.

« En matière de création, l'un des principaux défis que les photographes doivent relever consiste à capturer le sujet qui permettra de différencier leur travail des très nombreuses images semblables qui existent déjà », explique Adrien Barakat, l'un des quatre photographes participant à ce projet. « C'est facile de concentrer son travail sur des séances photo traditionnelles, mais un photographe véritablement créatif saura raconter une histoire quel que soit l'environnement. Nous avons prouvé qu'il est possible de photographier des lieux de tous les jours et de les embellir grâce à une technique photographique parfaite et en prenant le temps de comprendre le sujet et de bien préparer la séance. »

Juan Jerez : Nikon D750, AF-S 24-70mm f/2.8E ED VR

Aaron Pegg : Nikon D750, AF-S NIKKOR 24mm f/1.4G ED

Chaque photographe a été choisi pour sa capacité éprouvée à trouver la beauté dans les choses dont la valeur esthétique conventionnelle est limitée. Parmi les interprétations individuelles, on trouve les parkings danois isolés de nuit auxquels Alastair Philip Wiper a donné des connotations cinématographiques, ainsi que le portrait en mouvement d'une ballerine réalisé par Aaron Pegg où l'œil est incité à suivre les lignes directrices et les points de fuite. Le photographe suisse Adrien Barakat a exploré la théorie selon laquelle « tout est sujet et tout sujet a un rythme » en illustrant les différentes méthodes permettant d'embellir un parking grâce à son anonymat naturel et sa typologie. Vivant en France, le photographe Juan Jerez a joué avec la lumière et la présence d'objets inattendus afin de montrer que la beauté d'une image ne dépend pas du sujet, mais de la façon dont il est représenté.

« Nikon m'a posé un défi : inspirer d'autres photographes à repousser leurs limites en matière de créativité et développer en même temps leurs compétences en photographie », se souvient Juan Jerez. « Il s'agissait pour moi d'une belle occasion de montrer comment l'alliance du coup d'œil créatif et des connaissances techniques peut révéler la beauté qui se cache dans des lieux que beaucoup considèrent comme sans intérêt, et pas seulement des parkings. »

Alastair Philip Wiper : Nikon D750, AF-S NIKKOR 24-70mm f/2.8E ED VR

Adrien Barakat : Nikon D750, PC-E NIKKOR 24mm f/3.5D ED

Nikon a retrouvé Alastair Philip Wiper à Copenhague, dans les coulisses de la séance photo en rapport à ce projet. Vous pouvez voir notre reportage en cliquant sur le lien suivant : https://youtu.be/a5FMiPf3W90

Nikon met au défi tous les photographes européens d'en faire de même et de partager leurs clichés via le hashtag #EmbellirLeQuotidien.

Pour ce projet, les photographes ont utilisé le matériel Nikon suivant : 

- Nikon D750
- PC-E NIKKOR 24mm f/3.5D ED
- AF-S NIKKOR 24mm f/1.4G ED
- AF-S NIKKOR 24-70mm f/2.8E ED VR

À propos des photographes :

Alastair Philip Wiper : Alastair est un photographe et écrivain anglais basé à Copenhague. Il est en admiration devant ce que l'homme peut créer et construire. Il suit une approche anthropologique des sujets qu'il photographie, recherchant dans les infrastructures la beauté involontaire.

Juan Jerez : Juan est un architecte et photographe espagnol qui travaille à Paris. Il est spécialisé dans la création d'images qui racontent une histoire. Il n'utilise pas des mots, mais la lumière, les ombres et les formes pour montrer le monde différemment.

Aaron Pegg : Aaron est un photographe new-yorkais qui a commencé à prendre des clichés des stations désertes de sa ville natale en novembre 2013. En voyant des photographies sur Instagram, il a eu envie de prendre son appareil et de « montrer les stations dans leur "forme la plus brute", capturant les lignes directrices, la profondeur de champ et la symétrie afin de mettre en avant leur beauté ».

Adrien Barakat : Adrien est un architecte et photographe suisse. Son expérience de l'architecture lui a permis de développer un regard exceptionnellement critique, une compréhension de l'espace et un souci accru du détail afin d'exprimer les qualités esthétiques et la force de ses sujets.